Cliquez pour agrandir

Un billet canadien d’un milliard de dollars? En l’examinant attentivement, vous remarquerez que ce billet ressemble étrangement à notre billet de 5 $. Ce billet climatique d’un milliard de dollars illustre ce qui arrivera sans doute à nos légendaires scènes d’hiver si nous ne passons pas à l’action pour lutter contre les changements climatiques. Il représente aussi la somme d’un milliard de dollars qu’on gaspille annuellement en subventions à l’industrie des combustibles fossiles, et la somme d’un milliard de dollars qui est nécessaire pour aider les pays pauvres à s’adapter aux effets des changements climatiques.

L’un des principaux enjeux que devront résoudre les pays développés à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui aura lieu la semaine prochaine à Cancún, au Mexique, a trait à la promesse faite l’an dernier à Copenhague concernant le financement des mesures d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuation de leurs effets dans les pays à faible revenu. Ce n’est que justice que les pays développés comme le Canada, en tant que principaux responsables des émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère qui causent les changements climatiques, aident les pays à faible revenu à s’adapter aux effets coûteux des changements climatiques, tels l’élévation du niveau des mers, les changements aux conditions agricoles pour les fermiers et la fréquence accrue des phénomènes climatiques extrêmes.

Il ne sera pas facile pour les pays développés de s’entendre sur les modalités d’affectation de la somme de 100 milliards $ par année nécessaire. La crise économique mondiale a gonflé les déficits de nombreux pays développés qui sont dès lors moins en mesure de disposer des fonds promis l’an dernier à Copenhague.

Il existe pourtant des solutions qui non seulement permettront le respect de ces engagements financiers, mais qui auront aussi d’autres retombées positives.

Le Canada et les autres pays développés peuvent :

  • Éliminer les subventions à l’exploitation des combustibles fossiles et réaffecter les fonds récupérés à des mesures d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuation de leurs effets dans les pays à faible revenu ainsi qu’au développement d’énergies vertes. Cette mesure non seulement libérerait des fonds qui pourraient être consacrés à un meilleur usage, mais elle contribuerait également à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les subventions que verse le Canada à l’industrie des combustibles fossiles sont actuellement évaluées à quelque 1 milliard $ par année.

  • Adopter une taxe sur les transactions financières (TTF) (ou taxe Robin des bois), soit une taxe de 0,05 % sur les fonds spéculatifs qui générerait des centaines de milliards de dollars par année, afin d’aider les pays pauvres à lutter contre les effets des changements climatiques ainsi que de financer des programmes de réduction de la pauvreté. De plus, la TTF découragerait la spéculation boursière, l’une des causes de la crise financière mondiale.

Contribuez à la lutte contre les changements climatiques à la conférence de Cancún en envoyant un message au premier ministre Harper. Demandez-lui de tenir les promesses faites pour aider les pays pauvres à s’adapter aux changements climatiques et d’éliminer les subventions à l’industrie des combustibles fossiles.

Plus d'information

Un excellent document d’information d’Oxfam International sur l’impact humain des changements climatiques et la pauvreté, Le coût humain du changement climatique.

Signez la pétition d’Oxfam-Québec Semez la justice climatique qui sera remise aux dirigeantes et aux dirigeants mondiaux à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques au Mexique.

Pour obtenir plus d’information sur les subventions et allégements fiscaux d’un milliard de dollars à l’industrie des combustibles fossiles, lisez le récent rapport du Réseau action climat Canada Alimenter le problème.

Pour obtenir plus d’information sur la taxe sur les transactions financières, rendez-vous à sit-web du Taxe Robin des Bois.

Pour obtenir plus d’information sur le financement de l’adaptation aux changements climatiques, consultez le rapport d’ Oxfam International Réparer deux injustices.

Pourquoi Abolissons la pauvreté vous demande-t-il de passer à l’action pour lutter contre les changements climatiques? Les deux défis majeurs de notre siècle sont la gestion des changements climatiques et l’élimination de la pauvreté mondiale. Ces deux problèmes sont interreliés. C’est pourquoi Abolissons la pauvreté exhorte à l’action climatique, surtout à la lutte contre les effets des changements climatiques sur les populations pauvres. Le nouveau plan d’action d’Abolissons la pauvreté comprend trois objectifs principaux, à savoir que le Canada : 1) soit un chef de file pour la réduction de la pauvreté dans le monde; 2) mette en œuvre un plan pour réduire et, ultimement, éliminer la pauvreté au Canada; et 3) contribue aux efforts mondiaux de réduction des effets des changements climatiques sur les pays pauvres.

Aimeriez-vous participer à la distribution de cartes à l’effigie du billet d’un milliard de dollars et d’un message adressé au premier ministre Harper? Envoyez-nous un courriel avec votre adresse postale et nous vous ferons parvenir 100 cartes ou plus, selon vos besoins.

Il est grand temps de passer à l’action pour lutter contre la pauvreté et les changements climatiques.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.